martes

Combinación en una misma estructura sintáctica de dos palabras o expresiones de significado opuesto, que originan un nuevo sentido


L' oxymore a la force de ce qui s'impose, même à l'esprit distrait : il affirme comme à l'évidence, sans argument ni explication, s'autorisant simplement de sa référence au réel. Certes, l'oxymore réifie, mais il joue aussi sur les 'comme si c'était vrai', il 'fait' exister, 're'-présente les mots du monde. Or, cette représentation est idéalisée, sous-tendue par un ailleurs. Toute représentation est interprétation. Et toute interprétation est basée sur une vision du monde en même temps qu'elle la renouvelle. En d'autres termes, l'oxymore est symbolique par essence et dans sa structure même : sa référence au réel n'est qu'un alibi.
L'oxymore joue sur les émotions, il touche quelque chose que les images n'atteignent pas, parle à l'inconscient, fait penser à... Tout oxymore en appelle d'autres. Cette 'interconicité' forme un vaste système de représentations. Tous les oxymores d'ailleurs se répètent à l'infini. Très vite, ils vont paraître naturels à ceux qui les prononcent et deviennent, dès lors, des éléments constitutifs d'un imaginaire commun.
Cette répétition d'oxymores peut d'ailleurs être considérée comme une sorte d'incantation orientée de thèmes mythologiques qui fondent l'appartenance à un groupe et, par là, créent des sociétés. Au fond, l'oxymore est au moins autant lieu de communication affective que moyen d'information, discours sur le réel.
D'après L'oxymore commise en abyme Laurence van Ypersele, in Louvain, n°107, avril 2000, pp. 21 et 22. ()

4 comentarios:

Lila Magritte dijo...

Coyota. Me dejas sin expresar mis aullidos. Je ne comprend pas très bien lècrit que vous...
y además no encuentro los acentos necesarios en el teclado.

Pero un abrazo grande en español.

grandchester dijo...

Lenguaje sin palabras?
Inteligencia colectiva?
Alimentarse de hambres?
Recibir al dar.

Lila Magritte dijo...

Por aquí pasamos y dejamos la lengua.

Crisálida dijo...

Saludos y abrazos. Aquí estoy ahora en plena red.